Bonjour bien chers Parrains, Marraines, et Ami(es),

Je suis toujours heureux de partager avec vous les nouvelles. Les enfants le sont encore d'avantage, surtout lorsque ce sont eux qui s’adressent à vous. Vous ne pouvez pas imaginer leur joie lorsqu’ils vous envoient un dessin ou quand ils me laissent un message à vous transmettre. Les "nouvelles" de ce mois sont particulières. Ce sont les enfants qui vous racontent des histoires, des devinettes, qu’ils ont apprises à l’école.
Devinette : Je suis une plante qu’on n’arrose jamais, et qu’on écrase sans qu’elle ne s'abîme. Qui suis-je ? (Réponse : la plante des pieds).
Blague : Laurent et Alexandre se promènent. Laurent trouve un billet de 1000fr. par terre et le ramasse. -"Qu’est ce que tu vas faire avec ce billet ?" demande Alexandre.
-"je vais m’acheter un porte-monnaie, comme ça, je pourrais ranger mon billet de 1000 francs dedans" !
Alexandre lui demande de nouveau : -"qu’as tu gagné alors ? le porte-monnaie ou le billet de 1000 francs ?"
La leçon à retenir : il faut être vigilant pour ne pas perdre nos précieux objets, il faut gérer nos biens pour ne pas se trouver la main vide.
(Raconté par Théodore)



La poésie du Crapaud
:

Un jour, un crapaud est assis sur un nénuphar.
Un soir à dix heures moins le quart
un crapaud joue de la guitare.
Il fait de l’arithmétique
en comptant tous les moustiques.
Il en mange vingt-trois millions
et il fait la soustraction.
(Raconté par Amos)


Les nuages

Le poème des Nuages
:

Légers et blancs
les nuages
vont en rang
guidés par le vent,
à leur pâturage.
Ils reviendront demain, lourds et gris
chargés de pluie,
et rempliront les marigots,
feront pousser l’herbe tendre
pour le cabri, pour l’agneau.
Si le serpent d’en-haut (arc-en-ciel)
n’a pas bu toute l’eau
dont les nuages sont repus.
(Raconté par Amos)


Conte de la mouche et du moustique :

La mouche et le moustique étaient des amis. Un jour, pas une goutte d’eau à la maison. Ils vont au marigot pour chercher de l’eau avec des jarres. Les jarres bien remplies, la mouche dit au moustique : -"chacun doit se charger lui-même de sa jarre." Alors le moustique soulève péniblement sa jarre, la dépose sur sa jambe mais la jarre se brise. La mouche rit, rit, rit jusqu’aux larmes. En voulant essuyer ses larmes, son cou se brise et sa tête roule par terre. La leçon qu’il faut retenir : il ne faut pas se moquer de ton camarade, lorsqu’il est en danger.
(Raconté par Alexandre)
La mouche et le moustique



Kalao et le Vieillard
Conte : Kalao et le vieillard :

Dans un village vivait un homme qui s’appellait Kalao. Il vivait dans une maison très modeste avec sa femme et leurs deux enfants. Ils étaient si pauvres que les gens du village se moquaient d’eux. Kalao était un homme de bon cœur. Un jour qu’il revenait du champ il rencontra un vieillard tout courbé sous le poids de la fatigue. Kalao un homme sensible et généreux eut pitié du vieillard. Il s’approcha et le salua : -"Bonjour vieux !" -" Bonjour mon ami" répondit le vieux. Kalao dit : -"puis-je vous aider un peu ?" Le vieillard : -"oui ! Mon enfant".
Quand ils arrivèrent tous deux dans la maison du vieillard, Kalao découvrit que le vieillard était un génie de la brousse ; sa maison, c’était le fond d’une termitière. Le vieillard, siégeant sur son fauteuil mystérieux, fixa Kalao et dit : -"je vais te récompenser". Le génie de la brousse remit un pot de terre à Kalao puis ajouta : -"prends soins de ce pot, il te nourrira, toi et toute ta famille, durant votre vie. Reste toujours bon pour ton prochain". A ces mots, le génie disparut devant Kalao. A partir de ce jour, Kalao devint l’homme le plus riche et le plus heureux du village de Likonbé. (La morale de l'histoire : il faut donner un peu de soi pour mieux récolter).
(Raconté par Sylvestre)

Conte : La ruse du lièvre :

Le lion, roi de la forêt avait une belle fille de la jungle. Le lion fit appeler tous les animaux et leur indiqua les conditions à remplir pour épouser Mikinadéou, sa fille bien aimée. -"Celui d’entre vous qui boira la soupe de piments que contient cette calebasse sans faire : tch ! tch ! tch ! épousera ma fille". Presque tous les animaux tentèrent l’épreuve. Aucun ne réussit. Alors, le lièvre se présenta fièrement au roi. Il prit la calebasse et commença à boire à petit coups le liquide. Le piment brûla sa langue.

Il s’adressa alors au roi et dit : -"l’éléphant a bu la soupe de piments et a fait tch ! tch ! tch ! moi je la bois, et ne fais pas tch ! tch !tch!" Le lièvre cita après chaque gorgée les noms de tous ces animaux qui ont échoué, il prononça sans cesse la même phrase, ce qui lui permit de se débarrasser de la brûlure du piment. Il vida ainsi la calebasse au grand étonnement de tous les concurrents. Le roi descendit de son trône et remit sa fille au lièvre. La leçon à retenir : il faut être parfois malin pour gagner un prix.
(Raconté par Marc)

8 mai 2011 : Sortie annuelle des Légionnaires

La joie pascale se lit encore sur les visages. Sans plus tarder, les nouveaux baptisés m’ont demandé de devenir légionnaires (Légion de Marie).
Une belle occasion s’est offerte à eux ce 8 mai : la sortie annuelle des légionnaires.
Fabrication du "lihaa"
Légion de Marie
Ils y ont pris part ; c’était à Azanhoun à 45 km de Lomé.

Pour la sortie, nous avons préparé nous-mêmes notre boisson : "lihaa" une boisson non alcoolisée, préparée à base de maïs.


11 mai 2011 : Les caprices du temps
Nous avons arraché notre manioc, et une dame très sympathique et honnête nous a fabriqué du gari.

La quantité est maigre par rapport à celle de l’année passée. Cette différence provient de l’irrégularité de la pluie, voire un long temps de sécheresse, qui a paralysé la croissance normale du tubercule. Néanmoins, nous avons ce qui peut nous régaler durant quelques semaines. Nous avons semé le maïs à la place des maniocs arrachés.
Les examens de la fin d’année s’approchent, les enfants n’ont pas assez de temps. Ils ne laissent pas reposer leur cahier. Je sens que chacun a le souci de réussir.

Je me réjouis de leur détermination. A vous tous qui m’aidez pour la réussite et pour leur formation - scolaire - morale - sociale, je vous remercie et suis très reconnaissant de vos générosités.
Merci ! Akpé ! Akpé ! Akpé !

Frère Patrick G.