Bonjour chers Parrains Marraines et Amis(es)

J’emprunte cette parole à Saint Paul, pour vous saluer au nom de tous les miens : "Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père !"
J’espère que grâce à lui vous vous portez bien ? Ici, dans le foyer Saint Joseph, tout le monde se porte très bien. Les vacances sont au terme, tous sont prêts pour la rentrée.




Les travaux du forage sont terminés aujourd’hui ; ils ont commencé le 7 septembre.

Les ouvriers sont tous des chrétiens catholiques. Ils ont fait une grande prière avant de commencer les travaux. J’étais très content de cet acte, et cela m’a donné le courage d’avoir confiance en eux.

Ils ont foré jusqu'à 65 mètres et ils ont touché la vraie nappe d’eau. Le forage même n’a duré que deux jours. Ce sont les accessoires qui ont pris du temps : les canalisations, la plomberie, partout où il faut. Tout s’est bien passé, sans aucun incident.




Nous avons maintenant l’eau potable dans la maison en permanence. Grâce à cela, les enfants ne font plus la lessive individuellement mais ensemble. Les grands frères lavent, les plus jeunes rincent et étendent le linge. Les plus jeunes trouvent leur linge plus propres qu’avant, car avant, lorsqu’ils lavaient individuellement, ils ne lavaient bien.


Nous préparons depuis un certain temps le savon liquide. Il nous sert à faire la vaisselle et le ménage. J’avais appris la fabrication chez les sœurs cisterciennes de Parakou (Bénin). Nous achetons les matières premières au marché, et nous faisons le reste à la maison.






Stéphanie et Igos (Deux petites filles que Monique a amenées) restent chez nous jusqu’au moment de la rentrée scolaire.

Le 1er octobre, je vais les conduire à Kpalimé pour la rentrée.



J’ai accueilli deux autres enfants : Alexandre et Fabio. Le troisième viendra bientôt.

Alexandre et Chadrac vont partir. Nous les avions accueillis sous la demande du Père Augustin, grand frère de Marie-Françoise. C’était convenu qu’ils resteraient chez nous pour un temps.

Marie-Françoise et moi nous sommes mis d’accord pour ne pas accueillir plus de 15 enfants. Il ne s’agit pas d’avoir beaucoup d’enfant, mais c'est la réussite de leur avenir qui compte ; ce qui est important, c'est qu'ils deviennent des hommes adultes, responsables, bons pères de famille, que chacun arrive à réaliser son rêve.

Je suis pertinemment conscient et reconnaissant de la générosité des donateurs, des parrains et marraines des enfants. Ensemble nous parviendrons au but. Merci pour tout ce que vous faites pour nous.

Nous avons été très heureux du séjour de Monique et Maguy lors de leur passage au Togo. Elles ont passé deux nuits chez nous. C’était très agréable de passer un moment ensemble de cette manière. Trois parmi les enfants m’ont dit : "il ne faut pas permettre que nos Parrains ou Marraines aillent loger à l’hôtel lorsqu’ils viennent au Togo."

Toute la famille vous embrasse cordialement,

Frère Patrick.