Bonjour bien chers Parrains et Marraines, Amis(es)
Je voudrais d'abord vous parler de Nicole : depuis que Marie Françoise est partie, Nicole est devenue la mère du Foyer, c’est elle qui m’aide à l’éducation et à la formation des enfants. Les autres membres de l’association ne sont pas ici, avec moi ici, dans la maison, (ils s’occupent aussi de leur famille). C’est Nicole qui collabore avec moi, en tout et pour tout. Elle joue le rôle qu’avait joué Marie-Françoise : elle est attentive à la santé des enfants, à leur formation scolaire, à la cuisine, la propreté ... Imaginez une femme dans un foyer. Les conseils qu’elle me donne et donne aux enfants sont parfois très édifiants. Je sens en elle qu’elle veut que je réussisse ce travail avec les enfants, et que l’avenir des enfants soit assuré.
Après avoir fait des études jusqu’au bac, elle a été secrétaire dans une société, travail qu'elle a abandonné pour venir au Foyer. Elle a beaucoup aidé les enfants dans leurs études avant qu’ils n’aillent à l’examen. Je l’apprécie beaucoup, et je l’aime. Je compte beaucoup sur elle et sa collaboration.
Nous allons nous marier parce que nous avons eu un petit garçon qui s’appelle Jean-Gaël.
Par pitié, nous avons accueilli de nouveau Amos. Amos n’a ni papa ni maman. Après avoir quitté le foyer, il est resté dans une famille. Cette famille l'a renvoyé, parce qu’elle ne connaît personne de la famille d’Amos, et si quelque chose lui arrivait un jour, elle (la famille hôte d’Amos) ne saurait pas quoi répondre aux autorités. Alors Amos commençait à fréquenter la rue. Les "petites sœurs de la sainte famille" m’ont supplié de reprendre Amos. Voyant la situation, j’ai demandé conseil au bureau, et avec le bureau, nous l’avons accepté. Mais avec des mises en garde.
Le 15 août c’était la fête patronale de notre paroisse. La fanfare de la paroisse mère nous a invités, et, ensemble, nous avons animé les réjouissances après la messe.

Laurent vient de décrocher son examen C.F.P. (certificat de la fin d’apprentissage). Officiellement il est reconnu comme patron. L’État lui donnera son diplôme avant fin de l’année.

Kévin a perdu son grand père le 3 août passé. C’est ce grand père qui l'a élevé. Le samedi 13 a eu lieu l’enterrement, et nous y avons assisté. Ce n’était pas loin du Foyer, 20 minutes de voiture pour arriver dans le village de Kévin.

Quelques jours restent avant que nos pieds foulent la terre Béninoise. Le frère Michel (le prieur du monastère du mont Thabor, bénédictins au Bénin), m’a envoyé un message pour confirmer notre arrivée, il me dit que "toute la communauté nous attend impatiemment". Pour que nous n’ayons pas trop de difficultés avec les policiers sur la route, je suis parti au consulat du Bénin pour obtenir le laissez-passer. A ma surprise, c’est la cousine du Père abbé Théodore qui est là, chargée de ces formalités. Elle m’a bien accueilli, elle s’est chargée de me faire les dossiers. Nous partons 1er septembre pour revenir le 7 septembre. Le frère Michel a accordé deux jours de plus. Nous irons à Toffo (monastère des bénédictines au Bénin) pour une journée. Nous avions demandé passer quelques jours chez elle à Toffo, mais des enfants (colonies des vacances) vont occuper l’hôtellerie.

Les enfants vont aux cours de vacances jusqu’à la fin du mois d’août. Cette année ils reprennent un peu plus tôt la rentrée scolaire 2016-2017 : la rentrée scolaire est prévue pour le 26 septembre 2016.
Bonne fin de vacances à vous tous !
Patrick G.