Bonjour bien chers Parrains, Marraines et Amis
On dit chez nous "Beaucoup de viande ne gâte pas la sauce".
Aussi, permettez-moi de vous dire de nouveau : Heureuse et fructueuse Année 2019.
J’espère que vous avez bien fait la fête en entrant dans nouvelle année.



Le 31 décembre, nous étions à la messe commencée à 20h, et nous sommes revenus à 4h du matin, car après la messe, il a eu l’adoration du Saint Sacrement jusqu’à l'entrée dans la nouvelle année 2019, puis l’échange des vœux. La moitié des enfants sont rentrés à la maison, conduits par moi-même, après la messe.

Le jour du premier janvier, nous avons eu la fête entre nous dans la maison. Nous avons eu parmi nous Stéphanie ; elle était en congés, elle est passée chez nous. Jana, la fille de Nicole et Léontine sa nièce, venues de Kpalimé, sont aussi venues pour faire la fête avec nous.
Ont été organisés des concours de danse et de chant.
Sylvestre a assumé la sonorisation. Ceux qui ont gagné ont eu une bouteille de soda et des biscuits.
Au menu de nos repas de fête, nous avions des poulets, de la salade et un copieux riz au gras. Chacun a eu nouvel habit pour la fête.
J'ai reçu les bulletins des collégiens. Les moyennes ne sont pas très encourageantes pour certains :
  • en 5ème : Kévin 11,3 - Robert 10,75
  • en 4ème : Godwin 9,56 - Samuel 9,59
  • en 3ème : Amos 10,56
  • Sylvestre continue courageusement ses études universitaires. Il a maintenant une moto pour ses déplacements.
    Fabio aussi de son côté persévère dans sa formation de menuisier alu. Avec son patron ils étaient partis au Bénin faire 3 jours de travail.
    J’ai fini ma formation d’informatique. C’était un peu élastique, mais nous sommes arrivés au bout avec succès. J’ai l’attestation et le diplôme : informatique et comptabilité.
    La machine à coudre que m’a offerte Marie-Dominique a eu quelques ennuis ce matin. J’ai fait venir le réparateur, il l’a remis en bon état de marche.
    Nous avons été sollicités pour animer la messe de ce dimanche. La photo montre le moment où nous quittions la maison. Mais à l’église, le temps ce jour-là était tellement désagréable que le reste des photos sont floues.
    Le monsieur qui va remplacer Mack pour donner les cours de fanfare aux enfants est enfin arrivé, il a eu la première rencontre avec eux.
    Chaque année nous avons l’harmattan, fin décembre début janvier, parfois même jusqu’au mois de février. Mais d’une manière particulière, l’harmattan de cette année n’a duré qu’une semaine. Quand c’est comme ça, c’est inquiétant pour les paysans. La pluie n’est pas régulière, et les produits vivriers réussissent difficilement. Nous attendons une grosse pluie pour arracher notre manioc, pour en faire du gari. Les perdrix et les rats ont beaucoup dérangés les maniocs. Toutefois, nous trouverons notre part. Un adage de chez nous dit : « Le voleur ne mange jamais plus que le propriétaires »